La grande aventure en circuits combinés Asie : Vietnam - Cambodge - Laos

Revenir à l'accueil ici
Cathédrale Notre Dame Danang Hoi an Fête du Têt
Marché aux fleurs Musée de la guerre à Saigon Les tunnels de Cu Chi Revenir aux circuits Vietnam
2 circuits en promotion au Vietnam --->---> 10 jours Hanoi-Halong-Hue-Saigon ou inverse 14 jours Hanoi-Halong-Hue-Saigon ou inverse

 

Les tunnels au Vietnam

Les tunnels de Cu Chi sont situés à 80 km au nord-ouest de Ho Chi Minh ville dans le district de Cu Chi, célèbre dans tout le pays en raison de l'offensive vietnamienne de 1968 contre le Sud et l'armée américaine. Après une séance vidéo obligatoire de propagande vantant les mérites de la résistance Vietnamienne, vous découvrirez les tunnels, base avancée des combattants lors de la Guerre du Vietnam. Ils s'étendaient sur plus de 200 km de long. L'axe principal débouche sur plusieurs tunnels ainsi que sur des cachettes.

Les accès aux tunnels (à droite fausse termitière, partiellement découverte, servant d'aération)

Nos images originales sont agrandissables

 

Les tunnels mesurent de 60 à 70 cm de large pour une hauteur de 80 à 90 cm. Le parcours aménagé pour les touristes vous obligera à progresser accroupi... C’est une expérience à vivre, se laisser glisser dans le noir avec cette chaleur moite et étouffante. Néanmoins, l’ingéniosité et le sens de la récupération dont les Viet cong ont fait preuve face à une armée plus puissante mérite le respect.

Comme Jean Luc vous avez la possibilité d'emprunter un tunnel sur 10, 20 ou 30 mètres

On prend véritablement conscience de la manière dont pouvait s’organiser cette vie sous terre.

A gauche confection et transformation des munitions, à droite présentation des différents pièges.

La partie supérieure des passages peut résister au poids des tanks de 50 tonnes et aux bombes de moins de 100 kilos. Le réseau souterrain comprend des hôpitaux, des chambres à coucher, des salles de réunion. La visite des galeries souterraines aide à comprendre la durée prolongée de la résistance vietnamienne.

Trou d'obus, Salle à manger et bloc opératoire.

Durant la visite différente scènes de la vie

Un stand de tir est aménagé pour que les moins pacifiques d’entre vous s'essaient au tir avec d'authentiques armes de guerre.

Possibilité de tir avec des armes de guerre : M16, M60, AK47, K63, M30, M1, COLT45, Carabine, tarif sur photo de droite à agrandir (ici c'est Jean Luc qui tir)

 

    Le réseau de tunnels de Cu Chi  a joué un grand rôle dans la guerre du Vietnam. Ils se situent au nord-ouest de Hô Chi Minh-Ville, à une quarantaine de kilomètres. Ils furent creusés dès la fin des années 1940 par des combattants déterminés mais sous-équipés face à des forces françaises puis américaines disposant d'artillerie, de bombardiers et d'armes chimiques.

    S'étendant sur une quarantaine de kilomètres, ces tunnels permettaient aux zones contrôlées par le Viet-Cong de communiquer entre elles, lorsqu'elles étaient isolées dans des zones américaines ou sud-vietnamiennes. Ils servaient également d'abris à la population lors des attaques aériennes.

Pour vous rendre à Ci Chi vous traverserez de nombreuses plantations d'hévéas ou il est fréquent de trouver des billet de 100$ faux bien sûr.

    Vers 1965, grâce à eux, le Viet-Cong pouvait se livrer à des attaques-surprise et s'évaporer sans laisser de traces. Les Américains décidèrent de frapper fort et transformèrent la zone de Cu Chi en ce qui fut appelé par la suite "la région la plus bombardée, gazée, défoliée et dévastée" de tous les temps par la guerre. Surnommée le "Triangle de fer",  ils commencèrent par installer une vaste base dans le district de Cu Chi. Sans le savoir,  ils la construisirent juste au-dessus d'un réseau de galeries. La 25° division mit des mois à comprendre pourquoi ses soldats se faisaient abattre le nuit sous leurs tentes. 

    Puis, pour priver le Viet-Cong d'abris et d'approvisionnements, ils déversèrent des défoliants ("l'agent orange") sur les rizières, rasèrent une énorme superficie de jungle, évacuèrent et laminèrent les villages. Quelques mois plus tard, ils arrosèrent d'essence et de napalm la végétation asséchée. Mais l'humidité de l'air tropical associée à la chaleur intense déclenchèrent des pluies qui permirent au Viet-cong de survivre dans ces abris souterrains.

    Incapable de gagner cette bataille par des armes chimiques, l'armée américaine envoya des hommes à l'assaut des tunnels. Cette armée de "taupes" subit de lourdes pertes. Les Américains utilisèrent alors des chiens bergers-allemands spécialement dressés. Pour les dérouter, les soldats vietcongs mirent du poivre sur leur chemin. Ils se lavèrent avec du savon américain et revêtirent les uniformes de leurs prisonniers pour tromper l'odorat des chiens.

    Les Américains déclarèrent alors Cu Chi "Zone de tir à volonté". Les GI's pouvaient faire feu sur tout ce qui bougeait. Des tirs d'artillerie avaient lieu de nuit, les pilotes pouvaient déverser leur surplus de bombes et de napalm avant de rentrer à leur base. Le Viet-Cong résista. A la fin des années 60, exaspérés, les Américains donnèrent l'ordre à leur B 52 d'en finir avec cette région. Les bombes détruisirent la plupart des tunnels et la campagne environnante. Néanmoins il était trop tard : les Etats-Unis se retiraient déjà de la guerre. Les tunnels avaient rempli leur mission.

    Dans ces tunnels, les soldats vietcongs vécurent dans des conditions extrêmement pénibles et essuyèrent de terribles pertes.  Seuls 6000 des 16 000 combattants survécurent. Un nombre incalculable de civils périrent dans cette horreur. 

    Les villages du district de Cu Chi eurent droit à de nombreux honneurs. Le gouvernement les décora, les déclara "villages héroïques". Depuis 1975, de nouveaux hameaux ont été construits, et la population de la région a plus que doublé, atteignant aujourd'hui 200 000 habitants. La terre et l'eau contiennent cependant toujours des défoliants, et les récoltes demeurent bien maigres.

Vous pourez confectionner des galettes de riz et goûter à l'alcool de riz (alambic ici à droite)

A voir aussi à Ho Chi Minh - Ville

Ho Chi Minh - ville ou Sai Gon est la plus grande cité du Vietnam. On peut dire que cette ville constitue le centre culturel du Delta du Mékong. Depuis longtemps, Saigon est surnommé comme "la Perle de l'Orient". 
Ce nom lui-même reflète une variété des beaux sites et l’animation. Les rues, où une grande partie de la vie a lieu, ont une myriade de magasins, de stalles et de fournisseurs vendant des articles étendus sur les trottoirs. Les visiteurs peuvent également découvrir beaucoup de sites intéressants: anciennes pagodes, cathédrales, musées, mosquées…

Le Palais de la Réunification (Dinh Thong Nhat)
Dinh Thong Nhat se trouve au 106 de la rue Nguyen Du. Construit de 1962 à 1966 sur la place du Palais Norodom plus tard du Palais du gouverneur général de l’Indochine datant de 1865.
Le palais compte 95 pièces et chacune est décorée selon sa fonction. Il y a aussi deux salles d'exposition, une maison de 33 pièces pour accueillir des invités et plusieurs installations pour se divertir comme un terrain de tennis et des maisons sur pilotis. Le 30 avril 1975, les chars d'assaut de l'armée nord-vietnamienne défoncent les lourdes grilles en fer forgé du palais. Le président du sud - vietnamien Duong Van Minh ainsi que 45 membres de son gouvernement sont arretés sans résister.
Aujourd'hui, le palais de la Réunification est un lieu touristique autant pour les Vietnamiens que pour les étrangers. 

Le Musée de beaux-arts de Ho Chi Minh
Le premier étage présente des œuvres réalisées par des artistes vietnamiens et étrangers, le deuxième aux peintures et aux sculptures de très grande valeur artistique, produites également par des artistes vietnamiens et étrangers. Au troisième étage, il y a des œuvres provenant d'une période couvrant du 7ème au 20 ème siècles comme : Objets artistiques des civilisations Champa et d’Oc Eo, antiquités vietnamiennes (objets en céramique, en laque rouge, incrustés de perle, etc...), des produits artisanaux de différents groupes ethniques du Vietnam ainsi que des œuvres d'art en provenance de l'Occident.

Le Musée des Crimes de guerre
Le musée abrite d'innombrables objets, photos et images qui documentent au sujet des crimes de guerre des Américains. Ces documents illustrent le meurtre des civils, les effets des bombes chimiques, le massacres de prisonnier et les effets de la guerre dans le Nord du pays. Les visiteurs peuvent aussi y voir des bombes, des avions, des hélicoptères et des chars d'assaut.
En dehors du musée, il y a quelques salles exposant les produits culturels du Vietnam.

La Pagode de Vinh Nghiem 
Cette pagode est située au 339 de la rue Nam Ky Khoi Nghia. Elle est construite entre 1964 et 1971 d'après les plans de l'architecte Nguyen Ba Lang. C’est une des plus grandes pagodes du Viet Nam. La tour à sept étages de style classique avec une nette influence japonaise est érigée avec l'assistance de l'Association pour l'amitié entre le Japon et le Vietnam. La tour Kwan-Yin (Quan Am Bo Tat), la plus grande structure bouddhique au Vietnam, est située sur le côté gauche.

La pagode de Giac Vien
Cette pagode est d'abord un lieu pour rendre hommage à Bo Tat Quan The Am (bouddhisattva). En 1850, elle devient la pagode de Giac Vien qui conserve plus de 150 statues et gravures dont la majorité datent de la fin du 19ème siècle. 

La Cathédrale de Notre-Dame
Construite entre octobre 1877 et avril 1880, dans un style néo-roman
, elle possède de deux clochers carrés de 40 m de haut, surmontés de flèches en fer. Sur le pavis, se dresse une statue de la Vierge Marie. 
Cette cathédrale ne possède plus de vitraux, car ils disparaissent tous pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Les Tunnels de Cu Chi
Les tunnels de Cu Chi sont situés à 30 km au Nord-Ouest de Ho Chi Minh-ville, dans le district de Cu Chi qui est connu à travers le pays. Comprenant des hôpitaux, des chambres à coucher, des salles de réunion et des aires de jeux…,les tunnels font plus de 200 km de long. L'axe principal débouche sur plusieurs tunnels ainsi que sur des cachettes. Ils mesurent de 60 à 70 cm de large et de 80 à 90 cm de haut. Toutefois, certains passages sont élargis afin de permettre aux visiteurs d'y entrer. Cet ensemble peut résister au poids des tanks de 50 tonnes et aux bombes de moins de 100 kilos.

Musée de la Révolution.
Sa construction commençe en 1885 et complétée en 1890, selon les plans d’un architecte français Alfred Foulhoux. Le musée doit d'abord exposer des objets du Sud, mais le gouverneur de la région réquisitionne le bâtiment et s'y installe. Ensuite, l'édifice devient la résidence du Gouverneur japonais Minoda et de Nguyen Van Sam, l'envoyé spécial du roi. C’est aussi le bureau du comité provisoire de l'administration du Sud-Vietnam (1945) et du Haut Commissionnaire de la République de France. En août 1978, il occupe finalement la fonction du Musée de la Révolution.

Il expose des objets rattachés à divers soulèvements, invasions et mouvements nationaux qui marquent l'histoire du Vietnam : invasion des colonialistes français, fondation du Parti Communiste du Vietnam (1930), résistance contre les Français à Saigon-Gia Dinh (1945 à 1954), mouvement anti-américain, résistance nationale de Saigon-Gia Dinh, campagne de Ho Chi Minh…

Musée d'Histoire
Le musée d'Histoire du Vietnam est construit en 1929. Il porté le nom de Musée Blanchard de la Bosse jusqu'en 1956. Ce musée retrace l'histoire du Vietnam à partir de l'Antiquité (il y a près de 300 000 ans) jusqu'en 1930 lorsque le parti communiste est fondé. Y sont exposés des objets antiques tel que : pieux utilisés par Ngo Quyen lors de la bataille navale contre les Chinois, des stèles de pierre, des statues du Bouddha, des articles de céramique et d'ivoire, des tambours et gongs de bronze. Une halle spéciale est aussi réservée à la civilisation d'Oc Eo, l’art de Cham.